• Histoire 

Le nom de la commune d'adriers apparaît en 790, sous le règne de charlemagne, sous le nom d'adracinse.

Elle se situe à la limite des diocèses de Poitiers et de Limoges, entre les Pictons et les Lémovices. "Entrefins = Inter Fines".

Aux confins granitiques du Limousin, le bourg d'Adriers appartenait au Comté de la Marche, à la Châtellenie de Calais à L'Isle Jourdain (Basse Marche)

La commune fut rattaché au département de la Vienne en 1790.

Essentiellement agricole, notre commune a vu l'élevage ovin dominer l'activité, mais quelques éleveurs se sont également spécialisés dans la race bovine limousine, d'autres exploitants se sont dirigés vers les céréales, transformant le paysage de bocage qui prévalait jusqu'alors.

A part les hameaux où l'on trouvait quelques petites propriétés, les domaines agricoles, jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale, étaient exploités très majoritairement en métayage. Des propriétaires possédaient une ou plusieurs fermes nées des grands défrichements des 18ème et des 19ème siècles (moyenne des exploitations : 60 à 100 hectares). Une propriétaire, la Combe, comprenant 18 métairies comptait plus de 1 200 hectares d'un seul tenant autour du château.

Adriers a été très touché par l'exode rural. A la fin du 19ème siècle Adriers comptait 2020 habitants. Actuellement on en compte environ 730.

A la fin du 18ème siècle et au 19ème, on trouvait à Adriers différents autres métiers comme des aubergistes, des cafetiers, boulangers, marchands de tissus, cordonnier, épiciers, boucher, maréchaux-ferrants, charrons, maçons, sabotiers, tonnelier, menuisiers, charpentiers.

Jusque vers les années 1950, l'activité était intense, puis avec le temps elle a peu à peu diminué jusqu'à disparaître complètement pour certains métiers. Cependant le bourg s'est developpé au détriment de la campagne où beaucoup de lieux dits sont aujourd'hui abandonnées, ou ruinés ou disparus.

Une fête annuelle ou "Assemblée de la Fête Dieu", réunissait jeunes et vieux autour de mangèges et d'un parquet ou se donnait un bal musette.

 

  • De la renaissance à nos jours 

- La renaissance : une fenêtre à meneaux de bois subsiste encore au "Château Branlant", typique de la Renaissance.

 

- Les temps moderne : La Celle (petit monastère Grandmontain) d'Entrefins a souffert de pillage sous les guerres de religion. La communauté de Puy Chevrier y trouva malgré tout refuge au début du 17ème siècle.

On ne sait rien de l'époque de la Révolution de 1798, les archives communales ont sans doute été expurgées.

 

- L'époque contemporaine : la commune d'Adriers a payé un lourd tribut lors de la première guerre mondiale. Plus d'une centaine de jeunes gens ont leur nom inscrit sur le monument aux morts. De cette abominable saignée, la commune en conservera longtemps les conséquences.

Après la seconde guerre mondiale, l'éxode rural massif n'est pas compensé par l'arrivée de quelques anglo-saxons sur le territoire de la commune.

 

  • De la préhistoire au Moyen Age

- Epoque préhistorique : l'histoire de la commune d'Adriers commence dès l'époque préhistorique : les restes d'une table dolménique qui date probablement des temps néolithiques (-60000 à -3000 ans avant Jésus Christ) a été découvert dans un champ au-dessous de la ferme de Saint-Joseph. Ce dolmen a été invenorié comme ruiné, dans l'inventaire des mégalithes de France concernant le département de la Vienne, publié en 1996. La pierre est conservée dans le jardin de la propriété.

- Epoque gallo-romaine :

                * poteries gallo-romaines : en septembre 1919, suite à la chute d'un boeuf dans un souterrain, vers le lieu-dit "Les Caves" actuellement ruiné, Monsieur CELLIER, hôte et parent de Mlle CROSNIER a retrouvé les amorces de deux galeries. Quatres fragments de poterie noire, incontestablement gallo-romaine trouvés dans la fouille permettent de faire remonter au moins à cette époque la création du souterrain. Il y a eut des fouilles au printemps 1920. Il est probable qu'en ce lieu se trouvent encore d'autres objets.

               * four à tuiles gallo-romain ? Au lieu-dit "La Vergne" à 2km nord/nord-ouest du bourg d'Adriers, a été découverte une sorte de voûte pouvant être la gueule d'un four à tuiles gallo-romain. La largeur et la hauteur visibles sont d'environ 0,45m sur 0,60m. La profondeur contrôlable est de 1m70. Il n'est pas possible de s'assurer en l'état actuel de la découverte si l'ensemble descend plus profondément que le sol apparent. Des briques ont été trouvées ainsi que des morceaux qui font pensé 

               * monument funéraire gaulois ou gallo romain ? : il s'agit d'une construction élevée en pierres de toutes natures grossièrement jointoyées au mortier, dans un pré au-dessous de la maison bourgeoise autrefois propriété de la famille BERNARDEAU de Monterban, en face de la porte du cimetière. La hauteur varie de 1,70m à 2,10ml pour une longueur de3,80m sur 1,90m de large. L'ensemble, élevé sur un petit tertre aujourd'hui envahi par la végétation, est cerné d'une sorte de douve remplie d'eau, d'environ 3m de large. Un signalement à la Direction Régionale de l'Action Culturelle a été fait également en date du 28 novembre 2007.

 

  • Au moyen âge

              * au lieu-dit "Messignac", on peut encore trouver des restes de douves et de remparts qui témoignent de l'existence en ce lieu d'un château fort.

             * au centre du bourg, se tenait une place protégée avec des douves, des remparts, une maison forte avec des canonnières, une tour et l'église fortifiée à l'époque de la guerre de cent ans. Cet endroit servait de refuge à la population contre les hordes de brigands et de mercenaires.

contactMAIRIE DE ADRIERS
41, rue principale
86430 ADRIERS

05 49 48 73 06

Envoyez nous un mail

logo public logo aquit logo vienne

 

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes.
Ils ne sont utilisés pas à des fins publicitaires.

 

Contenus interactifs

Ce site peut utiliser des composants tiers, tels que Google NotAllowedScript6292d1b1e358dMaps, Calaméo, NotAllowedScript6292d1b1e38b3ReCaptcha V2 ou NotAllowedScript6292d1b1e38b3ReCaptcha V3, qui éventuellement déposent des cookies.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Réseaux sociaux/Vidéos

Ce site peut utiliser des composants de réseaux sociaux ou de vidéos qui exploitent des cookies.

Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla peut utiliser des cookies de gestion (par exemple : les sessions utilisateurs).