• 01.jpg
  • 02.jpg
  • 03.jpg
  • 04.jpg
Retour Accueil

Le Château Branlant :

chateau branlant

C'est la plus ancienne des demeures bourgeoises. Elle présente les caractères d'une maison forte datant de la fin du 16ème siècle, avec ses murs très épais et ses canonnières. Elle possède également une fenêtre à meneaux de bois datant de la renaissance. Elle servit de presbytère lors de la révolution de 1789, comme en témoignent des fresques à l'intérieur. (Propriété privée).

Le "logis Saint Pierre"

Le chapitre de Saint Pierre du Dorat était seigneur châtelain d'Adriers dont on retrouve les premières mentions vers le début du 10ème siècle, dans les archives de l'abbaye de Nouaillé. Un magnifique logis (1756), construit après un édifice plus ancien bordant la route, porte le nom

de Saint Pierre. Actuellement le siège de la pharmacie. (Propriété privée).

 

 

Demeure Colombeau

"L'ancien presbytère " (1832)

 Il a été et reste la plus belle demeure d'Adriers. Le style de construction choisi fut celui qui, depuis la fin du 17ème siècle, dominait autant pour les maisons de maître que pour les demeures nobles. Un corps central à deux niveaux, flanqué de deux pavillons porteurs chacun d'un étage aménagé, le tout coiffé d'une toiture à la Mansart, ouverte par de belles et hautes lucarnes annonçant le rang social de l'occupant. A été occupé en 1832 pour la première fois. (Actuellement propriété privée).

 

"Chez le Rouge"


C'est une maison paysanne : elle a été répertoriée par les « Maisons Paysannes de France ». D'une composition architecturale classique dans sa façade, un couloir séparant deux grandes pièces, elle porte deux rangées de génoises. On peut remarquer, sur le mur de la grange, à droite de la façade, des os de bovins inclus dans le mur. Ce sont là des restes qui nous renvoient à la mythologie égyptienne, au culte de la déesse Isis.
 

"Hôpital-Hospice Lapierre " (1871)hopital hospice Lapierre

 Suite à la donation de la famille Garestier-Lapierre aux pauvres d'Adriers, fut construit un hôpital hospice par un architecte de Poitiers, Monsieur Perlat. Il comprenait (et comprend toujours), un corps de logis flanqué de deux pavillons de même profondeur. Les ouvertures sont surmontées d'impostes en plein cintre sur encorbellements, les parements en pierre de taille moulurée donnent fière allure à l'ensemble. Il abrite actuellement l'Etablissement de Soins et d'Aide par le Travail, André Rideau. (ESAT) Il est la propriété du Centre Communal d'Action Sociale. (CCAS).